Exclusif : plan vélo 2014-2020

You Order

Davantage de places de stationnement pour les vélos, de nouvelles pistes cyclables sur les grands axes, généralisation des zones à 30 km/h et peut-être des pistes plus larges ou l’interdiction de la circulation automobile aux abords des marchés. Voici quelques-unes des mesures figurant dans le nouveau « plan vélo » de la mairie de Paris. Le projet, qui doit être finalisé début décembre après une période de concertation, a été présenté lors d’une réunion du « comité vélo » du 11ème, sous les ors monumentaux de la mairie d’arrondissement, mardi 16 septembre, par un ingénieur de la Ville.

Objectif 15%. « Nous en sommes encore au stade de la réflexion et des grands principes », précise ce fonctionnaire municipal. Il n’empêche que les grandes lignes du plan, promis lors de la campagne des élections municipales par la majorité PS-écologistes, sont tracées. Paris, où le nombre de déplacements à vélo a triplé depuis 2001, a fixé pour objectif que 15% des trajets soient effectués en selle d’ici à 2020, contre 3% lors de la dernière enquête disponible. Pour compléter: Paris peut-elle vraiment devenir la capitale du vélo ?

Cyclistes feignants. Garer son vélo, de préférence à l’abri des intempéries et des malfaisants, est une préoccupation constante des cyclistes parisiens. La Ville veut « ajuster la répartition des arceaux existants, densifier l’offre, poser du mobilier urbain adéquat et diagnostiquer les zones sous ou sur-utilisées ». En fait, précise le technicien, « les cyclistes sont feignants et ont tendance à se garer à proximité immédiate de leur destination ». Mieux vaut installer un petit nombre d’arceaux à chaque carrefour plutôt qu’une longue enfilade de stationnements tous les 300 mètres. Une série de « lieux attracteurs », musées, bibliothèques ou centres sociaux, mais peut-être également les supermarchés ou les collèges, pourraient bénéficier de davantage de places.

Plusieurs parcs sécurisés et fermés à clef, comme il en existe déjà dans les villes du nord de l’Europe, à Dijon ou à Lyon, seront installés sur la voirie. L’adjoint en charge des transports, Christophe Najdovski, candidat écologiste aux municipales de mars, y tient particulièrement. « La difficulté consiste à trouver de la place pour ces vélostations », constate l’ingénieur de la Ville. Apparemment, il n’est pas prévu d’empiéter sur l’espace dévolu à la circulation ou au stationnement automobile, sauf à quelques endroits. La Ville envisage ainsi la fermeture de plusieurs tunnels routiers, comme celui de l’avenue du Maine, qui serait transformé en parking cycliste sécurisé.

Refondre le réseau parisien. Le réseau de pistes cyclables devrait être refondu. Des axes aménagés depuis longtemps, comme les alentours du boulevard Magenta, le carrefour de Barbès ou les boulevards des Maréchaux au sud de la capitale, vont être remodelés. « A certains, endroits, pour des raisons architecturales, la piste cyclable et le trottoir sont de la même couleur », déplore ainsi l’ingénieur de la Ville. Les pistes qui longent le boulevard Bourdon, sur les quais du port de Paris, à la Bastille, pourraient être restructurées. Jusqu’à présent, ces pistes sont « neutralisées » plusieurs semaines par an, pour laisser la place à des événements ponctuels, comme le salon des antiquaires.

Plusieurs grand axes, tels que les le boulevard Saint-Michel, l’avenue de la République ou le boulevard Voltaire, seront longés par des pistes cyclables. La Ville s’interroge toutefois sur le type d’équipement à privilégier. Le simple marquage au sol est l’option la moins coûteuse, mais on y trouve souvent des véhicules garés en double file… L’aménagement sur le trottoir suppose d’anticiper les « conflits d’usage » avec les piétons, la mise en place d’un séparateur n’est pas toujours acceptée par les pompiers et la création d’une piste sur un « trottoir élargi », en prenant de l’espace à la voie, la solution qui a la faveur des associations de cyclistes, présente un coût « très élevé », selon la mairie.

L’œil de l’architecte. Les aménagements sont en outre surveillés avec attention par les architectes des bâtiments de France, sourcilleux gardiens de l’esthétique des rues de la capitale. Une éventuelle piste cyclable sur les Champs-Élysées serait ainsi particulièrement scrutée. Les architectes se montrent en outre très sensibles à la « symétrie » des grandes avenues. Il n’est ainsi pas envisageable de créer, dans une avenue en pente, une simple piste dans le sens de la descente, et des aménagements plus structurants dans le sens de la montée.

Le plan, qui comporte également des mesures pour encourager les cyclotouristes à traverser la capitale et renouvelle la subvention à l’achat d’un vélo à assistance électrique, est soumis à un double aléa. Il doit être, dans les semaines qui viennent, présenté aux 20 conseils d’arrondissement et demeure soumis à l’élaboration du budget municipal. Le montant consacré au vélo par la majorité socialiste pour la période 2008-2014, 25 millions d’euros, avait été qualifié d’ »indigent » par M. Najdovski pendant la campagne. A titre d’exemple, pendant la même période, Nantes métropole (600 000 habitants) avait consacré 40 millions d’euros aux infrastructures cyclables.

Scepticisme. Les quelques militants cyclistes qui assistaient, le 16 septembre, à la présentation du plan, demeurent sceptiques. « Si on veut vraiment passer à 15% de cyclistes en 2020, il faut leur faire de la place », protestait Kiki Lambert, de l’association Mieux se déplacer à bicyclette. « Il s’agit davantage d’un plan de transition que d’une stratégie de rupture », corrobore Pierre Japhet, adjoint (EELV) en charge des transports à la mairie du 11ème arrondissement.

 

Source: http://transports.blog.lemonde.fr/2014/09/17/exclusif-la-ville-de-paris-devoile-son-plan-velo/?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter#xtor=RSS-3208